Régulièrement, j’entends, je lis ou je vois des choses qui m’agacent. Aujourd’hui, c’est sur les personnes qui apportent moult conseils en matière d’achat d’appareil photo, alors qu’ils n’y connaissent pas grand-chose. Avec des résultats parfois hasardeux. Petit passage en revue des forces en présence sous forme de défouloir !

 

 

Le Compact

C’est l’appareil sans prise de tête absolu, capable de prendre des clichés à tout moment, sans s’occuper de la technique et surtout d’être dans la poche en permanence. L’appareil idéal aux yeux de nombreux conseilleurs, qui existe dans de multiples versions comme le modèle étanche, le modèle expert capable de RAW… mais tellement tombé en disgrâce auprès du grand public que toutes les marques l’abandonnent peu à peu. Parfois, même son prix est au-dessus des reflex d’entrée de gamme. Un signe sans doute qu’il ne faut pas l’acheter !

 

 

Le bridge

Question design, c’est un reflex en plus petit, avec le comportement d’un compact et un zoom parfois démesuré. Tellement démesuré que c’est presque indécent que de voir les fabricants proposer des 28-1200mm, tout en assurant qu’ils auront une qualité digne d’une focale fixe. Certes, il permet tout, du paysage au détail éloigné en passant par le portrait. Mais avec une qualité loin d’être top.

Bref, l’appareil idéal pour celui qui veut faire de la photo sans se prendre la tête et qui ne désire pas progresser. Ah oui, combien de modèles sont encore au catalogue des fabricants ? Là encore un signe évident.

 

 

L’hybride ou mirrorless

Un compact à objectif interchangeable qui est en fait un mini reflex sans tous les défauts rédhibitoires de ce dernier. Que demander de plus qu’un encombrement minimal, des réglages automatiques et un mode manuel, ou encore la possibilité d’utiliser des zooms adaptés à sa ou ses pratiques ? Rien.

Bon d’accord, il consomme énormément d’électricité puisque la visée optique étant supprimée, faut utiliser les écrans, arrières ou EVF (l’écran de télé qui sert de viseur). Parfois on prie pour une exposition correcte et pour éviter les maux de crâne. Terrible le scintillement et le « bougé » quand on change de plan. C’est une question d’habitude, selon les aficionados ! Je veux bien y croire… Mais le plus appréciable, c’est que les constructeurs font payer cette merveille (et les objectifs associés) au moins aussi cher que les « gros » reflex ! Si ce n’est pas beau…

On notera aussi qu’en 2016 et sur l’hexagone, Fuji, leader de l’hybride en a vendu 2800 exemplaires, tous modèles confondus. Le K-1 de Pentax sur la même période a fait presque autant.

 

 

Le reflex

Avec ce type d’APN, on touche au Graal. Enfin presque, car le Graal, c’est Leica ; même pas un type d’APN, juste une marque.

Donc le reflex, c’est le boîtier qui peut être tout léger dans son entrée de gamme et son objectif en plastique, ou hyper lourd avec sa palanquée d’objectifs haut de gamme. Non seulement ça coûte cher, mais cela demande parfois un caddie pour transporter le flash, le pied et les objectifs. Le plus beau c’est que de nombreux conseilleurs font croire que sans reflex, on ne peut pas prendre de bonnes photos, que vous n’êtes pas photographe. Si ce n’est pas de l’amour…

 

 

 

Alors, j’achète quoi comme APN ? Cette question est récurrente autour de moi. Au-delà de la pointe humour parfois vacharde de ce billet, je vous conseille d’aller lire ma réponse nettement plus sérieuse, dans cet article récent. Et quand j’écoute de nombreuses personnes répondre à mes 4 questions, souvent l’achat recommandé est un smartphone.