Bilan 2020 : quoi de neuf ?

Le bilan 2020… De manière générale, nous avons vécu une drôle d’année avec ces 2 périodes de confinement à liberté restreinte. Des moments où l’on a pas pu sortir. Et quand on a pu enfin, le coeur et l’envie n’étaient plus forcément présents. Quant à moi, après 24 mois épuisant moralement grâce à un responsable plutôt harceleur, mon nouvel employeur temporaire se nomme « Pôle-emploi ». Le temps de se refaire…

Bilan 2020, voie royale ?
Bilan 2020, voie royale ?

 

Alors que démarre 2021, il m’a semblé nécessaire de revenir sur l’année écoulée, à l’instar de ce que j’ai pu faire en janvier 2020 à la même époque. Un exercice introspectif qui avait permit une mise en perspective de mon travail, tout en m’amenant à m’interroger. Certes, l’interrogation est la même, « ai-je de bonnes photos en ma possession ? ». Mais ce qui m’intéresse c’est aussi de savoir à quel point les évènements de 2020 ont pu influencer mes prises de vue. Lightroom, mon jude de paix, va m’aider à y voir plus clair.

Bilan 2020 d’un point de vue comptable

Des chiffres, des chiffres, dans un tableau !

AnnéeNbr de clichésStreet, Paysage, AutresShooting5 Label « Best »
2015890654742622121(71 studio)37 (17 studio)
20161090787742133198 (21 studio)34 (5 studio)
2017920376231580109 (30 studio)41 (12 studio)
201885147868646213 (26 studio)35 (6 studio)
2019704737923255128 (69 studio)50 (24 studio)
2020807656522424

Une première constatation, qui se trouve être une confirmation. D’un simple point de vue comptable, 2020 s’est révélé un peu meilleure que la précédente et ce malgré le confinement. Mais il y a encore du chemin à parcourir. La part studio reste encore importante, un peu plus de 30% en seulement 3 shooting.

Deuxième constatation, le nombre de sorties reste faible. Alors que les perspectives de déplacement étaient meilleures, la COVID-19 et ses 2 périodes de confinement ont douché bien des espoirs. Le déplacement à la neige a fini par un retour très précipité le 15 mars. Le déplacement à Venise est resté au fond de la lagune des espoirs déçus. Le périple « ailleurs quelque part dans le monde » est devenu « 10 jours en Bretagne, on peut rentrer rapidement si nécessaire ». En dehors de cela, il y a eu le traditionnel WE dans la Loire, et un peu de Perche… Vraiment pas grand chose.

Reste les sorties parisiennes, mon terroir pour la street photographie, j’en ai pas fait autant que j’aurais voulu, quelques ennuis physiques m’ayant rendu inapte temporairement à la prise de vue.

Sortie au jardin des plantes
Une sortie au jardin des plantes

Mais, mes rares sorties ont été très productives avec 2468 clichés durant le périple « Bretagne / Perche » et 560 pour la grande marée du Mont Saint-Michel.

Dernière constatation, c’est que j’ai pu tirer parti du confinement parisien pour pratiquer de la photo de rue avec des clichés parfois exceptionnels. Faire mieux était difficile compte tenu des restrictions. Par contre, la réalisation de ma série sur Paris la nuit a dû être repoussée à 2021 voire 2022. Avec le couvre feu, il est plus l’instant impossible de faire des photos de nuits.

Une fois les constatations faites sur le nombre de clichés réalisés, quid des bonnes et des mauvaises photos. Pour le savoir, c’est encore vers Lightroom que je tourne mon regard. 

Ma méthode de classement

Comme l’année dernière, un petit retour sur ma méthode de travail s’impose. Dès que possible, je transfère mes photos de la journée sur l’ordinateur avant de les importer dans Lightroom. Les clichés sont passés en revue avec élimination des vraies ratées (floue, surex, sousex, mal cadré) et attribution d’1 à celles qui me semblent intéressantes à développer.  Ce n’est que plus tard (entre 3 et 10 semaines… parfois plus) que j’entame le développement des clichés 1 . A l’issue de la phase de développement, l’image aura droit à son classement « final », entre 1 et 5 .

Fin de journée
Une fin de journée…

 

Une photo à 3 étoiles est une photo correcte, tandis qu’une à 5 étoiles est une très bonne photo. Il arrive parfois qu’il y ait des photos d’exception. Ces clichés à 5  recevront en plus le label « Best ». >Ainsi, en 2019, il y a eu 128 photos 5 < pour 50 labélisées « best ». Sur 7047 clichés.

2020, un bon cru ?

C’est donc le moment de vérité. Ai-je de bonnes photos ? 

Au fait, qu’est-ce qu’une bonne photo ? Je n’en sais rien au fond. Ce que je peux dire, c’est que l’aspect technique « aux petits oignons> » n’est pas ce que je recherche. La règle des tiers (que je ne cherche pas à respecter scrupuleusement), la parfaite exposition, et tout ce que les experts utilisent pour juger une photo, ce n’est pas ce que je recherche. Une photo peut être techniquement parfaite, mais si elle ne dégage aucune émotion (une notion tellement subjective et propre à chacun d’entre nous), elle ne deviendra jamais une bonne photo. Mon critère d’une bonne photo est sans doute que cette dernière doit raconter une histoire. Des gens perdus, à la recherche de quelque chose, un paysage qui devient fantasmagorique… Peu importe. Tant qu’elle me parle, c’est ce qui importe.

J’ai tendance à aller ailleurs, de voyager loin de la France. Par facilité. Les gens et les paysages n’y sont plus photogéniques, mais comme ce n’est pas chez soi, il y a l’attrait de la nouveauté. Récemment, on m’a dit « (qu’)il est faux de penser que le paradis est ailleurs que chez soi ». 

Y’a du vrai là dedans…

 

Voici le bilan 2020 :

AnnéeNbr de clichésStreet, Paysage, AutresShooting5 Label « Best »
2020807656522424186 (28 studio)74 (10 studio) 

En nombre de clichés total, c’est en hausse. Comme pour le nombre de bonnes photos. Avec 186 bonnes photos en 2020, c’est honorable, surtout quand on repense aux divers évènements. Après, il faut rester humble. Cela représente seulement 1 tous les 43,5 clichés !

Maintenant, en route pour 2021…

 

Bilan 2020 - Une série avortée
Une série avortée

 

Entre rendez-vous de voyages manqués et confinements, tout n’a pas été serein. Et il n’est pas sûr que 2021 soit meilleure de ce point de vue ! Ce qui ne m’empêche pas de prévoir des escapades WE de manière plus fréquentes en 2021 (Saint-Malo, Iles Chaussey, la pointe bretonne, La Loire du coté d’Angers, l’Ardèche, Nimes, Venise et quelques autres destinations), même si certaines ne se feront pas au cours de l’année. A l’heure où un passeport européen de vaccination semble se dessiner, au moment où les pays européens ferment leurs frontières entre eux et que j’ai 0 photos au compteur, c’est mal parti !

Bouton retour en haut de la page