JPEG vs RAW, ce n’est pas la première fois que j’évoque ce débat entre les deux « formats ». Cela fait même longtemps que je prône la prise de vue au format RAW quand cela est possible. Mais, il convient de reconnaître que tout le monde ne peut pas se lancer dans le RAW. Ceci pour différentes raisons, comme le besoin de remettre rapidement vos clichés à un tiers (pour différentes raisons), le manque de temps pour développer ou l’absence d’appétence pour ce sujet !

 

Il n’y a pas très longtemps, lors d’un gala de danse, j’ai fait des clichés en RAW+JPEG. Sur deux cartes séparées. En sortant, j’ai donné ma carte JPEG à quelques personnes intéressées. Les fichiers de la carte RAW ont été traités sous Lr dans la semaine. Quinze jours plus tard, la carte mémoire JPEG m’a été rendue. Et j’ai visionné le résultat ! J’ai eu un choc en les comparant. Pas que le résultat JPEG était mauvais, Pentax s’en sortant mieux que d’autres, mais parce qu’il était assez éloigné de ce que j’attendais.

 

 

Conditions de prise de vue

Avant de passer à quelques comparaisons, il est nécessaire de replacer le contexte. Les photos ont été prises avec un boîtier Pentax K-1 et un zoom Pentax DFA 70-200/2.8. Les conditions de lumières étaient compliquées, ce qui a conduit à utiliser des plages ISO supérieures à 6000. Les réglages du boîtier étaient les suivants :

  • Prise de vue en mode Manuel
  • Balance des blancs : AWB
  • Pas de correction de la clarté
  • Compensation des hautes lumières : auto
  • Compensation des ombres : faible
  • Pas de réduction du bruit
  • Ligne de programme : auto
  • Mesure de l’exposition : auto
  • Courbe de correction couleur : éclatant

 

 

JPEG vs RAW brut

Face à face, le JPEG obtenu par le boîtier et un JPEG obtenu par un export du RAW brut sans développement.

 

1/100s à f/6.3, ISO 6400 [JPEG / RAW]

 

 

 

JPEG vs RAW développé

Face à face, le JPEG obtenu par le boîtier et un JPEG obtenu par un export du RAW développé.

Pour le développement, il y a une très légère réduction du bruit. Le reste est du développement classique (balance des blancs, expo/contraste, hautes lumières/ombres/blancs/noir et +6 en clareté).

 

1/200s à f/6.3, ISO 6400 [JPEG / RAW]

 

1/100s à f/6.3, ISO 6400 [JPEG / RAW]

 

1/100s à f/5.6, ISO 12800 [JPEG / RAW]

 

 

Et…

Il est clair que les clichés bruts sont déjà, en matière de qualité et de précision, supérieurs à ce que le boîtier propose. De plus, en quelques clics de souris par photo, le résultat a été amélioré facilement.

La différence entre les deux clichés m’a interpellé. Après réflexion, je me suis rendu que, depuis que je photographie en RAW, je ne m’étais plus intéressé au paramétrage du boîtier pour tous les réglages affectant le JPEG. Et donc,que j’utilisais les réglages par défaut. Lesquels ne correspondent pas forcément aux situations rencontrées ! Le paradoxe est donc qu’en privilégiant le RAW et un Post-Traitement maison, j’ai, d’une certaine manière, « désappris » mon boîtier.

En cas de prise de vue en mode JPEG, il est impératif de choisir très soigneusement les réglages de votre boîtier, pour tout ce qui concerne la balance des blancs ou les choix de développement interne. Développement sur lequel vous n’aurez pas la main, puisqu’effectuée par le boîtier.

La conclusion est donc simple. Malgré tout ce que les constructeurs nous essayent de vendre, un photographe doit s’investir à minima dans le fonctionnement de son APN. Sauf à vouloir faire absolument confiance aux automatismes de l’appareil. Et alors, advienne que pourra. Le résultat variant de très bons à franchement mauvais.

Il apparaît important que l’utilisateur doive comprendre tous les réglages basiques offerts par les constructeurs. Ce sera mon challenge de cet été.

 

 

Sur le fond, le RAW reste supérieur à ce que peut proposer du JPEG. Peut-être encore plus en cas de prise de vues en conditions complexes. Mais si le premier offre un confort inégalé, c’est au prix d’un temps dont on ne dispose pas forcément. Donc, si vous pouvez, adoptez le RAW, sinon, apprenez à maîtriser les paramètres JPEG de votre boîtier.