Prendre soin de son matériel photo est essentiel si on souhaite le conserver longtemps. Certes, on peut en prendre soin en mettant objectifs et boîtier sous verre ou dans un tiroir. Néanmoins, un matériel est fait pour être utilisé. Et si on utilise ses outils, il est normal qu’ils se salissent. Donc, le nettoyage est obligatoire. Pas tous les jours, mais régulièrement, dès que j’estime la chose nécessaire.

 

 

 

Mon kit de nettoyage « maison »

Les outils du nettoyage

 

Quelques outils très simples :

  1. Une poire pour souffler de l’air, soit sur les objectifs, soit sur le boîtier, soit dans la cage reflex pour faire tomber la poussière.
  2. Petit chiffon doux, non pelucheux, si possible en microfibres, pour essuyer les verres des objectifs (traces de doigts, etc.) ou le boîtier.
  3. Nécessaire pour nettoyer le capteur (spatule à usage unique et liquide de nettoyage spécifique).
  4. PecPad, papier doux non pelucheux pour essuyer les verres des objectifs ou des filtres (traces de doigts, etc.)
  5. Pinceau de type Lenspen avec, d’un côté, un pinceau à poil à utiliser uniquement pour les poussières externes d’un objectif, et de l’autre, un pinceau carbone pour enlever les taches grasses sur les lentilles (donc uniquement sur l’objectif et jamais sur le capteur !!).
  6. Pinceau à poil en soie à utiliser uniquement sur l’extérieur d’un boîtier (avec un objectif ou un cache objectif).

 

 

 

L’entretien extérieur

 

Le boîtier

Toutes ces manipulations s’effectuent avec un objectif sur le boîtier, ou, à minima, un cache-objectif afin d’éviter toute entrée de poussière ou d’humidité dans la cage reflex.

 

Utilisation du gros pinceau à poil de soie pour enlever la grosse poussière du boîtier et de l’objectif.

Si votre boîtier est tropicalisé comme la plupart des boîtiers K Pentax, vous pouvez mettre directement le boîtier (fermé !!!) sous un robinet d’eau douce fraîche. Surtout s’il a été exposé à l’eau de mer, afin d’enlever le sel. Ne vous inquiétez pas, la plupart des boîtiers K supportent. Attention certains K ne sont pas tropicalisés, ainsi que la plupart des boîtiers non Pentax.

Ensuite, utiliser un chiffon non pelucheux, humidifié à l’eau déminéralisée, pour compléter le nettoyage « à l’eau ». Après, il conviendra de sécher avec un chiffon doux de type microfibre. Évidemment, éviter de changer d’objectif immédiatement après.

Il convient d’éviter tous les produits de nettoyage ménager, cela ne convenant pas. Éviter aussi les bombes à air. Mal dirigé, le flux envoyé peut provoquer des dégâts. Surtout si vous l’utilisez dans la cage reflex, à proximité du capteur !

 

 

Les objectifs

Mêmes conseils que pour le boîtier, à savoir pinceau et chiffon humide.

Pour les lentilles, le pinceau de type Lenspen. Le côté carbone permet d’enlever les poussières collées sans rayer et les taches grasses. Le pecpad (chiffon de papier à usage unique), permet de nettoyer les lentilles des traces de doigts ou autres. À défaut, utilisez un chiffon doux non pelucheux.

Soyez doux dans vos gestes et repassez plusieurs fois au même endroit si nécessaire.

 

 

 

 

Le nettoyage du capteur

Le nettoyage du capteur en lui est une opération simple. Mais risqué si vous employez n’importe quoi pour nettoyer.

 

 

Ce qu’il conviendra de ne pas faire

Pour commencer, ce qu’il ne faut absolument pas faire :

  • utiliser une bombe à air comprimé ;
  • mettre un pinceau sur le capteur (et dans la cage reflex) ;
  • utiliser un chiffon humide sur le capteur (et dans la cage reflex) ;
  • toute autre idée qui peut paraître intéressante, mais qui est débile au final ;
  • nettoyer le capteur trop fréquemment. Il convient de le nettoyer que quand cela s’avère nécessaire. Parfois, il peut se passer plusieurs mois entre 2 nettoyages.

 

Petit retour sur le pinceau. Même de qualité, il a tendance à laisser tomber ses poils. Sur le miroir voire, pire, sur le capteur, alors c’est direction le magasin pour un nettoyage en règle de la cellule par des spécialistes. Et la facture sera salée (49€ minimum). De plus, si la matière des poils est trop dure, elle pourra endommager le verre ou le capteur. Dans ce dernier cas, ce sera direction la poubelle. Le reflex, pas le pinceau.

Si vous constatez de la poussière dans la cage reflex, mettez le boîtier (sans objectif), ouverture vers le bas, et soufflez doucement avec une petite poire soufflante.

 

 

Les contacteurs électroniques

À l’aide d’un chiffon doux non pelucheux de type microfibre, nettoyez le pourtour de la baïonnette, en n’hésitant pas sur les contacts. Souvent, une poussière noire s’y dépose et, à la longue, cela peut gérer les transmissions boîtier-objectif.

 

 

Le capteur

L’opération est simple, mais si vous ne savez pas faire, alors confiez votre boîtier à une personne qui saura le faire. Cela peut être un magasin spécialisé ou le centre SAV.

Si vous le faites vous-même, investissez dans un bon produit et des spatules adéquates (il en existe pour tout modèle de capteur). Un bon fournisseur en la matière est la société Reidl.

Ouvrez le sachet qui protège la spatule et mettez-y une goutte de produit nettoyant. Puis, levez le miroir du reflex (dans le menu, un item le permet, du moins sur Pentax). Passez la spatule une fois sur le capteur, en appuyant légèrement, dans le sens de la longueur. Si cela ne suffit pas, utilisez une seconde spatule. Attention, elles sont à usage unique, pas question de les réutiliser.

Si le capteur comporte toujours des traces, il conviendra alors d’aller dans un magasin spécialisé ou au SAV, le problème pouvant être plus important que prévu.

 

 

 

La prévention

Aurait-on besoin de nettoyer si on était plus précautionneux ?

Oui. Car on ne peut pas grand-chose contre la poussière, les traces de doigts et autres. Par contre, on peut prendre quelques précautions minimales pour limiter les dégâts.

Par exemple, quand on change d’objectif, il vaut mieux le faire dans un endroit protégé du vent, la baïonnette vers le bas. Le but, ici, étant d’éviter l’entrée de poussières dans la cage reflex. Et donc, à terme, sur le capteur.