Le mythe d’un objectif unique

Un objectif unique servant à toutes les pratiques ? Cela n’existe pas. Et si on peut trouver un objectif capable de répondre présent dans de nombreux domaines, aucun ne couvre toutes les focales attendues, tout en proposant de bonnes photos. Pourquoi ?

Tout d’abord, cet objectif magique serait à focales multiples. Un zoom. Or la qualité d’un zoom est presque toujours inférieure à celle des focales fixes qu’il remplacerait. Si le rapport longue focale / courte focale est inférieur ou égal à 3, il peut s’en rapprocher fortement (cf. un 24-70 dont le rapport est de 2,92). Il existe quelques rares bons objectifs dont le rapport est compris entre 3 et 5, mais ce sont des exceptions. Le rapport d’un 15-600 est tel qu’on peut oublier sa qualité. Du moins avec les lois de l’optique actuelles.

Ensuite, cet objectif unique devrait être aussi de type macro. Pour ne pas oublier les adeptes de cette pratique…

Pour finir, il faudrait que ce zoom ait une ouverture de f/1.4 sur toute sa longueur de focale. Or f/2.8 ou f/4 sont les ouvertures les plus grandes possibles pour ces objectifs (je n’en connais pas ouvrant à f/2 ou f/1.4). Et la plupart des grands zooms sont à ouverture glissante, de f/3.5 (à courte focale) à f/6.3 (à la plus longue focale), ce qui est peu qualificatif. Si la fabrication d’un 15-600 en f/1.4 constant était possible, le poids et l’encombrement d’un tel objectif serait important, rédhibitoire. On est loin d’un encombrement réduit et d’un poids inférieur au kilo…

Tous les zooms couvrant de l’ultra-grand-angle au long téléobjectif sont moyens, voire mauvais, en tout. Car ils ne sont que compromis. Dans le cas de pratiques éclectiques de la photo, l’objectif unique n’est qu’un mythe et le restera encore longtemps. À oublier donc.

 

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page