Le poids d’une image

Le poids d’une image, je ne comprends pas. Comment une photo de 1000 x 667 pixels en JPEG peut-elle peser plus de 1 Mo ? J’ai été surpris en entendant cela de la part d’un photographe. Comment, à l’ère de l’imagerie numérique, cela était-il encore possible ? Manifestement, quand le monde de la photographie a basculé dans le numérique, il y a eu un loupé, des explications qui n’ont pas suivi. Il est aussi possible que cela vienne des photographes eux-mêmes qui, sous le prétexte qu’ils ne sont pas informaticiens, n’ont pas cherché à comprendre…

Avant de commencer, quelques rappels de notions informatiques. Désolé pour les allergiques…

Le poids d’une image se mesure en octets (ou avec l’un de ses multiples : Ko, Mo, Go). Un octet est une unité de mesure informatique. Pour simplifier, il vous indique la place que va occuper un fichier électronique sur un disque dur (qu’il soit traditionnel ou SSD). Le poids d’une image sera fonction de nombreux facteurs, du format (.jpeg, .png, .bmp…) au niveau de couleurs possible (8 bits, 14 bits, etc.), en passant par sa définition (en pixels), la compression utilisée ou encore le nombre de couches.

Bien que ce ne soit pas obligatoire, une lecture de cet article est un préalable qui me parait nécessaire.

Le codage des couleurs

Côté « technique »

1 octet est un byte (« multiplet » en français) de 8 bits codant une information. Il s’agit de la plus petite unité « logiquement » adressable par un programme sur un ordinateur. 1 bit peut avoir 2 valeurs (0 ou 1), 8 bits (1 octet) auront donc 2^8 valeurs possibles, soit 256 valeurs (de 0 à 255 en base 10, 00 à FF en hexadécimal).

Représentation d’un octet
Représentation d’un octet

 

Point important, en informatique, le contenant de base est l’octet (donc 8 bits). Même si on n’utilise que 3 ou 4 bits, l’information codée utilisera malgré tout 1 octet dans sa totalité ; on ne peut pas (plus) faire moins. Et si on utilise entre 9 et 16 bits, l’information codée utilisera 2 octets.

Postulat de base

Dans le monde de la couleur, 1 pixel ne vaut pas 1 octet. Donc, une image dont la définition est de 1024 pixels par 683 pixels n’aura pas comme poids 699 392 octets (le produit de 1024 x 683). Pourquoi ? Parce que chaque pixel a une couleur. Or en vidéo, la couleur est représentée visuellement sous une forme additive qui va combiner les trois couleurs primaires, le Rouge, le Vert et le Bleu (RVB, en RGB en anglais pour Red Green Blue) dans le but d’obtenir une lumière colorée. La couleur blanche s’obtient en additionnant les trois lumières colorées primaires en proportions « convenables ». La couleur noire s’obtient par l’absence de lumière.

Le poids en octet de chaque pixel sera le résultat d’une somme couleur rouge + couleur verte + couleur bleue.

Et le poids de l’image ?

Si chaque couleur primaire est codée sur 8 bits (on parlera aussi de la profondeur de la couleur) cela veut dire que chaque pixel utilisera 1 octet pour indiquer la valeur du Rouge, 1 octet pour indiquer celle du Vert et 1 octet pour celle du bleu. Soit 3 octets par point.

En 8 bits, 1 pixel = 3 octets
En 8 bits, 1 pixel = 3 octets

 

Ce qui explique aussi pourquoi sous la forme hexadécimale, une couleur s’écrit sous la forme #XXYYZZ (dans l’exemple, le rouge est codifié # 901C02).

Si chaque couleur primaire est codée sur 14 ou 16 bits, cela veut dire que chaque pixel utilisera 2 octets pour indiquer la valeur du Rouge, 2 octets pour indiquer celle du Vert et 2 octets pour celle du Bleu. Soit 6 octets par point.

Poids brut d’une image

Déterminer le poids d’une photo en méga-octets (Mo) est simple malgré une formule qui peut paraître savante :

Profondeuren Koen Mo
Couleur sur 8 bitsdéfinition de l’image x 3 / 1024 Kodéfinition de l’image x 3 / (1024×1024) Mo
Couleur sur 12 à 16 bitsdéfinition de l’image x 6 / 1024 Kodéfinition de l’image x 6 / (1024×1024) Mo

Exemple : Pour une image dont la définition est de 699 392 pixels (le produit de 1024 x 683)

  • Codée sur 8 bits : 699 392 x 3 / (1024×1024) = environ 2 Mo
  • Codée sur 14 bits : 699 392 x 6 / (1024×1024) = environ 4 Mo

Les capteurs actuellement utilisés par Pentax ont des définitions beaucoup plus importantes. Le K-1 Mk II propose ainsi une définition de 7360 x 4912 pixels, soit 36 152 320 pixels (le fameux 36 Mpx). Comme l’image est codée sur 14 bits, soit 6 octets, son poids théorique est de 216 913 920 octets, soit presque 217 Mo.

Poids compressé

Certains formats d’enregistrement permettent toutefois d’alléger le poids d’une image. Dans le cas des appareils photo numériques grand public, ils sont généralement au nombre de deux.

Le premier, et le plus courant, est le JPEG. Selon le degré de compression, cela permet de réduire de 75 à 99,9% le poids de l’image. Cette compression est dite destructive. Plus l’on compresse, plus l’on perd en qualité. Mais plus on stocke de photos sur sa carte mémoire. Ce format est à utiliser de préférence pour publier ses images sur un site web.

Le deuxième format d’enregistrement est le Tiff. Ce dernier ne subit aucune perte de données grâce à l’algorithme de compression utilisé. Mais le poids de l’image est beaucoup plus lourd. On le privilégiera si l’on souhaite recadrer ou corriger ses photos, les imprimer ou les archiver. Car mieux vaut alors sacrifier la quantité pour conserver une bonne qualité.

À noter qu’une image n’est compressée que sur le disque. Ouverte dans un logiciel permettant sa visualisation, elle occupera en mémoire une autre taille, plus importante.

 

7360 x 4912 pixels (taille originelle) et poids sur le disque
7360 x 4912 pixels (taille originelle) et poids sur le disque
taille originelle et poids dans Photoshop
taille originelle et poids dans Photoshop
1050 x 701 pixels (taille réduite) et poids sur le disque
1050 x 701 pixels (taille réduite) et poids sur le disque
taille réduite et poids dans Photoshop
taille réduite et poids dans Photoshop

 

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page