La marche vers la réduction du bruit numérique

Le bruit numérique a toujours été un problème pour la photo… numérique. Souvenez des premiers capteurs, c’était une catastrophe. Quand le marché des reflex a explosé (à partir de 2006 environ), les choses s’étaient améliorées, mais c’était loin d’être parfait, comme le montre ce cliché.

bruit numériquebruit numérique - extrait

En 2020, les choses ont bien évoluées dans le domaine du bruit numérique. On obtient des résultats relativement propres à 6400 ISO, voire même un peu plus. Du moment qu’on utilise un boîtier moderne. Il est impossible d’obtenir de tels résultats avec un boîtier antérieur à 2014. Certes, il y a du bruit, mais il reste assez contenu. Un chemin important a été parcouru depuis les débuts du numérique, puisqu’en 2006, le K-10D proposait le même type de bruit dès… 400 ISO. Cela n’est pas près de s’arrêter, les photographes étant de plus en plus exigeants avec les performances des reflex numériques.

Bruit à 20000 ISOBruit à 20000 ISO

Le grain est visible, aussi bien dans les noirs que dans les blancs (mais à 20 000 ISO, on pardonnera)

Afin de les satisfaire, les fabricants d’appareils photo tentent de repousser sans cesse les limites. Dans un futur proche, n’importe qui pourra capturer des scènes qui paraissent impossibles aujourd’hui. Un seul exemple, les images issues de la présentation de l’iPhone 12 Pro Max ! Elles semblent tirer pleinement parti du format AppleProRAW et surtout de son capteur/scanneur LIDAR(*) (à quand ce type de capteur intégré dans un boîtier reflex ou hybride ?).

Image réalisée avec un iPhone 12 Pro (© Apple)
Image réalisée avec un iPhone 12 Pro (© Apple)

 

Les résultats sont assez impressionnants et on peut se demander s’ils ne sont pas trafiqués. N’ayant pas ce smartphone, il m’est difficile d’apporter une réponse formelle. Il n’empêche que cela interpelle et un jour, on finira par dire « comment faisait-on avant ? ». Avec de tels résultats, on comprend mieux pourquoi les smartphones ont réussi à malmener à ce point le marché des APN Compacts et des reflex/hybrides d’entrée et de moyenne gamme…

On se rend bien compte que les solutions sont désormais aussi bien matérielles que logicielles. Apple et Google ne s’y sont pas trompés. Le premier n’a pas le meilleur capteur photo pour smartphone, mais à l’aide du LIDAR (qui pourrait être généralisé sur toute la gamme en 2021) et des logiciels de plus en plus performants, il fait partie des meilleurs smartphones pour la photo. Et la Pomme ne cesse de progresser dans ce domaine, comme le montre Deep Fusion qui analyse plusieurs expositions différentes afin de maximiser le niveau de détail.

bruit numérique ?
Image réalisée avec un iPhone 12 Pro (© Apple)

 

Google n’est pas en reste, loin de là, progressant lui aussi à pas de géant dans ce domaine. Ce sont les firmes photographiques qui en pâtissent. Du moins jusqu’à une époque récente, car, il semblerait depuis, qu’elles essayent de faire progresser leur logiciel. Lesquels s’appuient sur des puces maison encore plus puissantes.

Pourrait-on dire que le bruit numérique est en voie de disparition ? Sans doute pas, mais sa nuisance a été largement mis à mal, au point qu’il ne soit plus préoccupant lors des prises de vue. Ainsi, je n’hésite plus à aller parfois au-delà de la limite des 8000 ISO que je me suis fixée. Des photos à 12 800 ISO voire 20 000 sont possibles. Alors, pourquoi s’en priver ?

 

Pour en savoir plus sur le LIDAR
En anglais, LIDAR est l’acronyme de LIght Detection And Ranging ». En français, cela donne « détection et estimation de la distance par la lumière ». Il s’agit d’une technique de mesure à distance fondée sur l’analyse des propriétés d’un faisceau de lumière renvoyé vers son émetteur. Désormais, c’est un laser qui fait office de source lumineuse. Le LIDAR est donc un outil de télémétrie extrêmement fin. Il permet de savoir précisément où se trouve un objet, ainsi que ses mesures exactes. Il est donc idéal pour modéliser avec précision une pièce, prendre des mesures… ou détecter un visage !
Bouton retour en haut de la page