Régulièrement, j’entends, je vois, je lis des choses qui me paraissent absurdes en matière de photo. Aujourd’hui, ce sont les accessoires photo que l’on achète qui m’énervent…

 

Quand on achète un appareil photo, on est tenté par des accessoires pour compléter. Malheureusement le budget répondant souvent aux abonnés absents à ce moment-là, on réduit la voilure, on achète du bas de gamme et pas forcément les bons accessoires.

Une partie des achats décrits ci-dessous, je les ai commises. En particulier la première, par deux fois. Je me suis fait maudire à ce sujet.

 

 

1- Le pinceau nettoyant à poire

Cet outil est magique disent les publicités. Avec lui, pas besoin de passer par la case d’un professionnel pour nettoyer vos objectifs, ou pire, le capteur de votre précieux reflex, celui que vous bichonnez amoureusement… Évidemment, vous l’avez acheté en vous disant « j’n’en aurais jamais besoin, c’est par précaution« . Et puis un jour, vous avez vu des poussières sur vos photos. Un coup de rhum, de whisky, de vin, de soda ou d’eau pour se donner du courage plus tard, vous voilà avec votre pinceau magique, prêt à virer la poussière.

 

Et c’est là qu’intervient la mise en garde : ces produits ne doivent jamais être utilisés sur votre capteur. Sinon c’est la catastrophe assurée. Le pinceau avec des poils n’est fait que pour les objectifs !

 

 

Premier cas, le pinceau et sa poire soufflante.

poire-pinceau

poire-pinceau

Plus il ne coûte pas cher, plus il laisse tomber ses poils. Si c’est sur la lentille avant de l’objectif, un coup de chiffon microfibre et vous rattrapez les dégâts. Sur le miroir voir, pire, sur le capteur, alors c’est direction le magasin pour un nettoyage en règle de la cellule par des spécialistes. Et la facture sera salée (49€ minimum).

Si vous n’avez pas de chance, la matière utilisée pour le pinceau sera tellement « bonne » qu’elle laissera des traces indélébiles sur le verre ou le capteur. Et là, ce sera direction la poubelle. Le reflex, pas le pinceau.

Vous n’achetez pas. Si vous avez la variante 2, conservez la poire soufflante et virez le pinceau. La poire elle a une utilité certaine pour virer la poussière sur les lentilles des objectifs et souffler (au loin) dans la cage reflex, pour faire tomber la poussière. Mais il faut apprendre à le faire !

 

 

 

Second cas, le modèle pinceau et embout au carbone.

lenspen

lenspen

 

Vous savez quoi ? Ce pinceau ne sert pas à nettoyer les capteurs, uniquement les lentilles extérieures des objectifs !!!

Donc, si vous l’utilisez sur votre capteur, ce sera à peine mieux que le modèle d’au-dessus. Le pinceau est rétractable dans un cocon où il accumulera la poussière dans ses poils qu’il laissera volontiers sur le capteur. Et le tampon ne déposera jamais de micro particules de carbone sur lui. Jamais.

Alors toujours tenté ?

 

Vous souhaitez nettoyer votre capteur ? Il y’a mieux, mais cela coûte plus cher. Soit vous prenez l’extension de garantie et ses nettoyages de capteur offert que vous manquera pas de proposer votre très sérieux dealer (vous pouvez faire confiance aux magasins du groupe Image Photo par exemple), soit vous apprenez à faire comme eux, avec les bons outils (les swabs par exemple).

 

 

 

2- Les filtres neutres

J’entends déjà l’argument massue : il protège les lentilles de l’objectif. Ce n’est pas faux. Mais dans la vraie vie d’un photographe, si on l’achète uniquement pour cette fonctionnalité, le filtre peut devenir un boulet !

filtre-neutre

filtre-neutre

 

Ceux qui l’achètent dans le but de protéger l’objectif, souvent ils s’accommodent d’un truc pas cher. C’est que du verre après tout. Sauf que la lentille qualifiée de neutre ne l’est pas tant que cela. Pourquoi d’après vous les bons objectifs coûtent cher ? Parce que les matières utilisées pour les lentilles sont spécialement étudiées et traitées pour éviter aberration chromatique et autres distorsions. Et cela à un coût !

Acheter un filtre neutre premier prix va réduire à néant votre investissement. Les aberrations chromatiques et les distorsions vont être accentuées, la quantité de lumière atteignant le capteur diminué (parfois fortement) et le piqué des photos réduit. Génial cet accessoire dont presque tous les débutants vantent les qualités.

Si vous souhaitez réellement protéger votre objectif avec un filtre neutre, achetez un de qualité, mais il coûtera cher. Vous souhaitez économiser ? Que votre pare-soleil soit toujours monté dès que vous utilisez votre appareil. Il s’agit d’un des meilleurs moyens de protection contre les coups. Et oublier de remettre votre bouchon d’objectif entre 2 séries de shoots.

Attention, il existe des filtres très utiles en photographie. Comme les ND et le polarisant. Même l’UV a un but utile, il ne faut surtout pas le nier. Mais c’est une autre histoire.

 

 

3- Le niveau à bulle

C’est génial. Voilà un petit cube avec 2 ou 3 niveaux qui vous indiqueront toujours l’inclinaison de votre appareil. Il suffit de le mettre sur la griffe du support flash. Et le tour est joué.

Niveau-bulle

Niveau-bulle

 

Sauf si vous pratiquez la photo d’architecture (et là c’est quasiment indispensable), ce cube magique qui coûte une dizaine d’euros vous sera inutile. Parce que de nombreux reflex disposent désormais d’une fonction de niveau électronique sur 2 axes fort efficace qu’il suffit d’activer. Et parce que de nombreux trépieds (comme l’Amazon Basic à pas cher) en ont un intégré. C’est suffisant pour la plupart des activités classiques.

 

 

 Un jour (quand j’aurais le temps), mon top des accessoires indispensables !