Quel Mac acheter pour traiter vos photos ?

Quel Mac acheter est une question légitime à laquelle je vais répondre très franchement, de manière cash. Avec 3 choix forts.

 

Suite aux récentes mises à jour de la gamme Mac d’Apple, s’interroger sur le meilleur modèle à adopter est nécessaire, surtout si on veut changer d’ordinateur. Vous pouvez sauter directement à la conclusion et lire mes 3 recommandations.

Les Mac Silicon, juin 2022
Les Mac Silicon en juin 2022

Depuis juin dernier, pour les annonces, et cette mi-juillet pour la disponibilité de tous les modèles présentés, Apple a renforcé sa ligne portable (pour les fixes, ce sera peut-être au second semestre). Ce que l’on peut constater, c’est que tous les ordinateurs en vente peuvent être utilisés pour traiter les photos, même le macbook air M1.

Cette réponse ne plaira pas forcément, pourtant, elle reflète la réalité d’aujourd’hui. Depuis l’apparition de la puce M1, les performances sont au rendez-vous. Ce qui fait que le Macbook M1 est en mesure de rivaliser avec les anciens modèles basés sur les Intel core i7. Ceci même en utilisant des logiciels comme Adobe Lr.

D’autres critères sont nécessaires pour trouver la machine qui vous conviendra. J’en propose trois. Deux principaux et un secondaire, mais pas tant que cela.

Mémoire et stockage

Premier critère, la mémoire. Si on peut s’accommoder de 8 Go, votre Mac sera plus à l’aise avec 16 Go. Cela vous permettra de lancer plusieurs logiciels en même temps sans ralentissement notable. L’investissement est plus important au départ, mais cela vous permettra non seulement de faire durer votre ordinateur plus longtemps, mais aussi de mieux le revendre.

Mon deuxième critère est le dimensionnement du stockage interne. Il faut oublier les 256 Go proposés dans le tarif de base. S’il est possible de travailler avec seulement cette capacité, force est de reconnaitre que c’est juste. Je déconseille donc cette taille, pour plusieurs raisons.

Même si MacOS c’est environ 15 Go, les données système augmentent rapidement l’addition. En ajoutant les applications, les documents personnels, un peu de musique… et les images, la limite se rapproche très vite. Trop pour que la solution 256 Go soit pérenne pour un photographe. 

Et puis Apple a fait un choix technologique pas très génial pour la fabrication des premiers Macbook M2. Quand il y a deux composants pour le SSD, l’OS écrit de manière simultanée sur les 2. Ce qui permet des vitesses d’écriture très rapides. En proposant qu’une seule puce de 256 Go, l’écriture est de facto plus lente. Il s’agit même là de l’argument pour opter pour plus de stockage.

Ce sera donc à minima un ordinateur avec 16 Go de mémoire et 512 Go de SSD. Mon conseil est de prendre une version 16 Go/1 To. Si le budget est limité, il vaudra mieux investir sur le stockage (512 Go ou 1 To) et rogner sur la RAM.

Portable ou fixe ? 

Un critère secondaire qui ne l’est pas tant. Car derrière, ce sont deux philosophies qui quelque part s’affrontent. D’un côté les portables peuvent s’emporter n’importe où, proposent une autonomie plus ou moins grande et surtout ne nécessitent pas d’accessoires supplémentaires pour fonctionner. Le prix à payer étant une puissance moindre. Les Mac de bureaux ne sont pas vraiment transportables (quoique, un Mac mini…) et sans accessoires (écran, clavier, souris), un utilisateur ne peut rien faire. Par contre ils sont plus performants.

Depuis les puces M1 (normal, Max, Pro et Ultra) et M2 (normal uniquement à cette date), les choses ont grandement évolué pour Apple. Les processeurs dans les Macs, qu’ils soient portables ou fixes, sont exactement les mêmes. C’est une vraie innovation par rapport aux processeurs Intel qui ont des déclinaisons suivant le type d’ordinateur. Il y a tout de même quelques différences, dans les nombres de cœurs et dans la partie graphique. Mais ce n’est pas clivant.

La Puce M1 qui se trouve dans un Mac mini est donc celle qui est dans le Macbook Air M1. Ce n’est pas le facteur qui fera basculer l’achat d’un côté ou de l’autre. Là où un Mac de bureau fera la différence avec les Macbook, c’est sur la puissance continue. Parce que l’on peut introduire des dispositifs de ventilation plus poussés, le premier pourra conserver la vitesse de traitement rapide plus longtemps. Sauf si vous faites du rendu 3D 100 % de votre temps ou si vous voulez créer une régie vidéo avec 16 flux 8K en même temps, choisir un portable ne sera pas un handicap. Surtout en photographie !

Les portables Apple ont grandement le vent en poupe. Nous sommes extrêmement nombreux à les préférer par rapport aux Macs de bureaux, même si, à 80 %, nous les utiliserons… à domicile ! 

Le choix d’un Mac fixe

Éliminons d’entrée le Mac Studio, le dernier né, le seul à proposer la puce M2 Ultra survitaminée. Il s’agit d’une machine très intéressante et redoutable, qui convient surtout à ceux qui ont d’énormes besoins de puissance pour encoder des vidéos et autres. Pour un photographe, il est largement surdimensionné. 

Il ne reste donc que le modèle mini, qui est déjà très efficace. Donc, si vous souhaitez un Mac de bureau et que vous êtes pressés, foncez sur le M1, dans sa version 16/512. Pour un Mac de bureau, rien n’est plus simple que d’acheter du disque ou du SSD externe et le brancher de manière continue sur l’ordinateur. Un SSD interne de 2 To peut s’acquérir à moins de 200 €, qu’il suffit de mettre dans un boitier USB-C 3.2 ou supérieur. Certes le débit n’est que de 560 Mo/s, mais pour du stockage permanent de photos, c’est acceptable. Comme Lightroom supporte très bien le fait que les images composant le catalogue soient sur différents disques externes, c’est une solution parfaite.

Attention, si un Mac mini est vendu moins cher, il faut rajouter un écran (de très bonne qualité), un clavier, une souris, ce qui va alourdir la facture si vous n’avez rien de cela. Si vous n’êtes pas pressé, des modèles M2 devraient arriver au second semestre 2022. À surveiller !

Le choix d’un portable

Avec un portable, on peut travailler de n’importe où. À son bureau, au fond de son canapé, dans sa voiture, en avion ou en train, dans n’importe quel pays du monde. Certes un 13, 14 ou 16″ ce n’est pas 27 ou 32, mais on peut faire déjà beaucoup de choses. Et puis, côté encombrement, on apprécie. Surtout en déplacement.

Mais il ne faut pas se voiler la face, un portable a des petits défauts. Comme la taille de l’écran ou le manque de certaines connectivités. Mais il existe suffisamment de parades pour que ce ne soit pas un obstacle. Et puis, vous perdrez un peu de performances, surtout avec le MacBook Air qui n’a pas de ventilateur. De fait, ce dernier ne peut tenir très longtemps un besoin en puissance, l’ordinateur ralentissant de manière automatique afin d’éviter une vague de chaleur.

Dans un cadre photographique et bureautique, même en ajoutant du montage vidéo de manière occasionnelle, vous n’aurez pas d’impératif de puissance. La probabilité que vous exploitiez celle du MacBook Air M1 ou M2 à 100 % en permanence est faible. Évidemment, si le montage vidéo représente 90 % de votre temps d’ordinateur, le Air n’est pas recommandé et il faudra plutôt s’orienter vers les Pro dotés de la M1 Pro ou Max… roule Mac Studio !

Le premier obstacle sera le prix, un portable étant plus cher qu’un fixe. En même temps, l’écran, le clavier et le trackpad sont intégrés, ce qui en fait une machine autonome. Mais c’est la définition d’un portable, non ? Le deuxième concerne uniquement les Macbook Air qui ne supportent, sauf accessoire particulier et couteux, qu’un seul moniteur externe. Bon, il suffit d’en prendre un grand et le problème sera très relatif.

Mes recommandations

Elles sont regroupées dans le tableau ci-dessous :

ModèleRAM/SSDAccessoires recommandésTarif
Macbook Air M2 (CPU 8 cœurs/GPU 8 cœurs/Neural Engine 16 cœurs)16 Go / 512 GoEcran externe, stockage externe, Dock lecteur carte SD2309 €
Macbook Pro 14″ M1 Max (CPU 10 cœurs/GPU 16 cœurs/Neural Engine 16 cœurs)16 Go / 1 ToEcran externe, stockage externe2749 €
Mac Mini (CPU 8 cœurs/GPU 8 cœurs/Neural Engine 16 cœurs)16 Go / 512 GoÉcran 32″, DD/SSD externes1259 €

Si le site Apple ou les AppleStore sont sans doute les meilleurs endroits pour acheter votre Mac, surtout pour les configurations non standards, il en existe d’autres. Les sites et magasins comme Amazon, Fnac ou Darty doivent être envisagées si on cherche une version non customisée. Il arrive parfois qu’ils soient un peu moins chers.

Autre piste à envisager, l’ex refurb de la Pomme. Désormais appelé « Mac reconditionné », l’espace propose du matériel dont l’utilisation a été presque inexistante. Ce sont des produits qui n’ont pas correspondu aux attentes et besoins d’acheteurs. Gros avantage, ils sont moins chers. 

Et pourquoi pas un MacBook Air M1 ?

Il s’agit aujourd’hui d’une option qui est loin d’être idiote. Certes, il est moins puissant que la récente évolution M2. Mais la puce M1 est déjà suffisamment performante. Si on ajoute que le tarif est plus abordable (bénéficiant même depuis quelques semaines de promotions régulières chez certains revendeurs), cela en fait le Mac idéal pour de nombreux photographes.

Et puis, il a le design original pour lequel j’ai toujours eu un petit faible…

ModèleRAM/SSDAccessoires recommandésTarif
Macbook Air M1 (CPU 8 cœurs/GPU 7 cœurs/Neural Engine 16 cœurs)16 Go / 512 GoEcran externe, stockage externe, Dock lecteur carte SD1889 €

 


Voilà, à vous de choisir et acheter votre matériel. Attention, si le MacBook Pro dans la configuration indiquée est disponible immédiatement, le Mac mini customisé demandera 3 semaines pour la livraison. Et il en faudra 5 à 6 pour le Macbook Air recommandé. Il est difficile de savoir comment les choses évolueront à l’avenir, mais à moins de choisir les configurations basiques proposées par Apple, il y a du délai entre la commande et la livraison. 

 

Bouton retour en haut de la page