Premier sujet consacré au Raspberry Pi.

 

Il existe de nombreux sites consacrés à ce petit ordinateur qui coute 35€. Je ne vais pas les refaire. Si je me suis intéressé à lui, c’est que j’avais un but, celui de faire une sauvegarde distante de certaines de mes données. Et pour pouvoir le faire tranquillement, sans intervention humaine, il me fallait un outil capable d’automatiser les taches. Or, d’ordinateur pas cher, il en existe que très peu. D’où le Raspberry.

 

 

Le cout

A l’achat, nu, sans accessoire, il coute effectivement un peu moins de 35€. Sauf que pour ce tarif, vous ne pourrez pas en faire grand chose. Pour le faire fonctionner, il faudra une alimentation, un câble hdmi pour le relier à un écran (nécessaire pour l’installation), un câble ethernet ou un dongle wifi, et surtout, une carte Micro SD d’au moins 4Go (8 étant préférable).

Pour une première fois, il conviendra plutôt d’acheter un starter pack qui apportera ce qui manque (alimentation, hdmi, dongle wifi, carte micro SD de 8Go, dissipateur thermique et un petit boitier). Il faut compter environ 60€.

 

 

 L’usage

Les usages sont multiples. Cela va de la domotique à la vidéo-surveillance en passant par un serveur web, un cloud, un mediacenter ou une sauvegarde de données à distance. Ce qui est mon but premier. Il y en aura peut-être d’autres par la suite.

 

 

Mon usage

Faire une sauvegarde distante sécurisée. Pour cela, un petit ordinateur avec un gros disque dur. Le disque dur sera crypté. L’ordinateur devrait donc être capable de monter le DD externe et l’ouvrir en mode décrypté, établir via un ssh, une liaison vpn entre lui et un NAS chez moi avant de faire une synchro. Ceci, tous les jours.

Le but est facile sur le papier, un poil moins dans la réalité.

 

 

 C’est parti !

Pour commencer, j’ai effectué un achat. Un kit starter comprenant le Raspberry lui, un boitier de protection, des radiateurs, une carte micro SD, un câble hdmi et une alimentation.

Le premier obstacle, que par imprévoyance je n’avais prévu, fût l’absence d’un adaptateur microSD vers carte SD. Cet outil est indispensable pour pouvoir formater la carte microSD et y déposer les fichiers permettant l’installation.

Le second obstacle du débutant est la nécessité d’avoir un écran hdmi, un clavier et une souris. Sans eux, impossible d’effectuer l’installation et le premier paramétrage. Par la suite, tout pourra s’effectuer avec un Terminal ou un VNC.

Pour le reste, rien de compliquer. Place maintenant à mon projet…

 

 

Les (rares) articles qui suivront, qui ne devraient pas être nombreux, sont mes pense-bêtes, pour me rappeler ce que j’ai fait, comment j’ai fait. Et si cela peut profiter à quelqu’un, tant mieux.