La prise en main du Pentax FA 50 mm f/1.4 a été effectuée avec un boîtier Pentax K-1 & K-1 II.

 

 

Les Pentax FA 50 mm f/1.4 et Pentax DFA 50/1.4 sont très différents et que, si sur le papier, le second va remplacer le premier, il n’est pas certain que celui-ci soit évincé du cœur de nombreux photographes. Car le FA 50mm f/1.4 est un petit objectif léger, très apprécié en studio, un de ses domaines de prédilection. Évidemment, il reste utilisable pour bien d’autres usages.

Alors, malgré son ancienneté, que vaut cet objectif ?

 

 

Présentation du FA 50mm f/1.4

Il s’agit d’un objectif de conception ancienne qui, dans cette version, a été mis en vente en 1991, alors que Pentax avait encore des boîtiers argentiques à son catalogue. Et son aspect est en adéquation avec l’époque. Comme en témoigne l’indicateur de mise au point où la persistance de la bague d’ouverture (avec la position A).

Son poids de quelque 220 gr est très raisonnable, surtout associé au K-1. L’ensemble propose une prise en main agréable en studio. L’ouverture est de f/1.4 avec une focale de 50 mm pour un plein format (environ 77 mm sur un APS-C).

Les verres sont de type SMC, un traitement spécifique de type multicouche, permettant de limiter les effets de lumières parasites (flare, etc.). Une technologie maintenant datée, qui a été remplacée chez Pentax par des verres de type HD. Cela ne veut pas dire que la verrerie est de mauvaise qualité, juste que les normes de fabrication sont anciennes. Et donc que les résultats obtenus refléteront les choix technologiques d’une époque.

À noter qu’il ne s’agit pas d’un objectif « tout temps », ce qui n’est pas forcément utile si son usage est principalement du studio. À l’extérieur, en cas d’utilisation par temps humide, il conviendra de faire attention.

 

 

Principales caractéristiques techniques

Le FA 50/1.4 est un héritier du K 50/1.4 de 1975, modernisé à de nombreuses reprises (en version M, A puis F). Sa formule optique est restée longtemps la même. Il faudra attendre la version DFA pour voir un grand changement de ce côté.

PENTAX50mm F1,4 SMC 
Lentilles
Focale50mm
Equivalent 35mm sur un APS-Cenv.76mm
Angle de vueFF : 40°
APS-C : 27°
Ouverture maximalef/1.4
Ouverture minimalef/22
Diaphragme8 lamelles
Lentilles7
Groupes6
Distance minimale de mise au point0,45m
Stabilisation OptiqueNon
(stabilisation mécanique sur le boitier)
QuickshiftNon
Moteur-
Autres
Diamètre filtreNC
TropicaliséNon
Poids220gr
Dimensions65 x 37mm
AccessoiresBouchons avant et arrière
Compatible FFOui, Objectif Full Frame

 

 

Prise en main

Le design extérieur n’est aujourd’hui plus en vogue chez Pentax. La qualité de construction du FA 50 mm f/1.4 est basée sur des plastiques « solides », de très bonne qualité, et d’un support en métal. La lentille se déplace vers l’extérieur de l’objectif quand les distances de mises au point sont plus rapprochées.

L’objectif est petit, puisque sa longueur n’est que de 6,5 cm. Attention aux grandes mains, les doigts pouvant facilement se retrouver sur les lentilles. Gare donc aux doigts sur les photos. On regrettera l’absence d’un pare-soleil livré avec l’objectif, qui trouverait ici une autre utilité.

Le FA 50 mm f/1.4 ne dispose pas de moteur. Il s’appuie donc sur le moteur interne du K-1 (le « screw drive »). Néanmoins, dans l’ensemble, la mise au point se fait dans un silence relatif et rapidement. Les effets de « pompage » (synonyme d’une mise au point qui a du mal à s’effectuer) restent assez rares. Cet objectif dispose d’une bague de réglage du diaphragme, ainsi que de la position A. Par contre, la fonctionnalité Quickshift (retouche manuelle de la MAP en mode AF) n’est pas disponible sur cet objectif. Il n’est donc pas possible de rectifier manuellement la MAP en mode AF.

 

 

D’un point de vue technique

Rappel : Ne disposant pas de laboratoire, ce test est réalisé sans outils de mesure électronique. Il s’agit d’apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Les commentaires et la note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

À noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

 

Aberrations chromatiques et flare

Cet objectif est sensible aux aberrations chromatiques, surtout dans les zones avec des transitions de contraste sévères. Les AC sont donc présentes lors de prises de vues en extérieur, dès qu’on a des entrées de lumière de manière latérale. Ces AC peuvent être corrigées au moyen d’outils dédiés.

De la même façon, le FA 50mm f/1.4 est assez sensible au flare, dans les mêmes conditions d’éclairage. Par contre, il n’existe pas d’outil magique pour les supprimer d’un simple clic.

 

Distorsion

La distorsion est à peine perceptible en FF. Encore une fois, cette distorsion est très facilement corrigée à l’aide des outils actuels. Mais ce qui est le plus important, cette absence de distorsion est flagrante sur les visages où, par exemple, le nez ne paraîtra pas élargi à grande ouverture. Ce qui est fortement appréciable quand on fait des portraits ou des plans américains. Il s’agit d’un résultat typique des objectifs standards Pentax, avec une excellente maîtrise de la distorsion en barillet.

 

Netteté

La formule optique du FA 50mm f/1.4 a été conçue et mise au point il y a plus de 40 ans. Il y a eu certes quelques retouches à chaque nouvelle version, mais rien n’a fondamentalement évolué. Même le traitement multicouche SMC date de 1975. Il est donc logique que, sur le papier, cet objectif soit moins performant que ce que les fabricants sont capables désormais de proposer.

Sans surprise, à f/1.4, on constate que la résolution centrale est correcte, alors que les bords sont mous. L’image obtenue montre également un niveau relativement bas du contraste. À f/2, le centre s’améliore grandement, ce qui n’est pas le cas des bords. C’est à partir de f/2.8 que l’on constate un très net gain, passant à très bon au centre et sur les bords. À partir de f/4, le centre atteint un niveau que l’on peut qualifier d’excellent. La plénitude de cet objectif est entre f/5.6 et f/7.1.

À partir de f/8, la situation se détériore tout doucement, mais on reste avec un centre très bon jusqu’à f/11. Au-delà de f/13, on constate de nouveau une mollesse de l’image de plus en plus grande.

Néanmoins, il convient de garder à l’esprit que la conception technique et le revêtement des lentilles influent sur les images. Celles-ci ont souvent un côté crémeux, moins précis dans les zones de détails, contrairement à ce que peuvent proposer les lentilles HD ou les objectifs macro. Pour beaucoup, habitués à la précision chirurgicale des images, cela peut se révéler être un défaut. Pour les amateurs de photo de studio, au contraire, il peut s’agir d’un atout, la peau étant plus crémeuse, avec moins de défauts à corriger.

 

focalevue entièreextrait
f/1.4
F/2
f/2.8
f/4
f/7.1
f/9
f/16

 

Vignettage

Entre f/1.4 et f/2, donc avec de très grandes ouvertures, lors de certaines scènes, on peut remarquer un certain vignettage. Mais il s’agit souvent de conditions non classiques, plutôt extrêmes. Dans tous les cas de figure, à partir de f/2, ce problème devient négligeable. On peut le dire, le vignettage est très bien maîtrisé par Pentax.

 

Bokeh

Le bokeh est agréable, avec des transitions douces. Les 8 lamelles du diaphragme apportent une homogénéité intéressante à l’ensemble.

f/1.4
f/2.8
f/4

 

Sur un APS-C

Bien que cet objectif a été conçu au départ pour un full frame, il est évidemment utilisable sur un APS-C où son champ visuel proposera l’équivalent à un 77 mm. Presque la focale usuelle pour le portrait. De manière globale, on retrouve plus ou prou les mêmes appréciations qu’avec le FF. Mis à part que le flare est un peu moins présent, sans doute parce, quand il apparaît aux bords, la couverture optique du capteur APS-C plus petite le masque.

 

Tarif et Concurrence

Cet objectif est encore disponible chez Pentax à un prix raisonnable. Mais personne ne sait pour encore combien de temps. Il n’est pas impossible qu’il ne soit désormais plus fabriqué et qu’il s’en vendra tant qu’il y aura du stock.

La concurrence est principalement interne avec le DFA 50mm macro et le prochain D-FA * 50mm f/1.4 qui vient de sortir. On ajoutera aussi le DA * 55mm, partiellement utilisable sur un FF et, dans une moindre mesure, le FA 43/1.9 Limited.

Chez Tamron ou Sigma, c’est le néant. C’est vrai que ces deux marques n’ont quasiment plus rien en monture K dans leur catalogue. Il reste éventuellement le 60/2.8 de Laowa et le 50/1.4 de Samyang, tous deux manuels.

Le photographe en recherche d’autres objectifs pourra s’orienter vers le marché de l’occasion. Là encore, on peut trouver de belles curiosités, mais souvent, il s’agira d’objectifs manuels (comme le KMZ 50/1.7 Zenitar-M par exemple).

 

 

Conclusion

Petit, pas lourd et à prix raisonnable, cet objectif est idéal pour bien des situations. Si en studio, il s’avère souvent parfait, en extérieur il montrera quelques lacunes qui s’avéreront potentiellement rédhibitoires.

La note technique reflète pleinement les aspects négatifs de ce FA 50, au vu des AC et du manque d’homogénéité. Et si son utilisation pouvait s’avérer problématique pour certains en extérieur, force est de constater que le côté crémeux fait merveille en studio. Du moment qu’on ne veuille pas d’un visage où l’on distingue tout.

À l’heure où les utilisateurs souhaitent davantage de piqué, il peut paraître surprenant de recommander un objectif qui s’en démarque. Mais au vu de son rapport qualité/prix, et en l’absence de concurrents intéressants, difficile de s’en passer quand on a besoin d’un objectif dans cette focale.

 

Les Plus

  • Un 50 mm crémeux avec une ouverture maximale à f/1.4
  • La netteté et le contraste homogènes
  • Un prix abordable

 

Les moins

  • Une conception ancienne qui se ressent en termes de rendu et de piqué.

Note

70/100

 

 

Galerie

K-1 – 1/100s à f/9, ISO 100

 

K-1 – 1/125s à f/7.1, ISO 200

 

K-1 – 1/20s à f/4.5, ISO 6400

 

K-1 – 1/125s à f/9, ISO 100

 

K-3 – 1/80s à f/1.4, ISO 100

 

K-3 – 1/1000s à f/3.2, ISO 100

 

 

Iconographie by fyve (sauf la photo de l’objectif © Ricoh Imaging) – Cliquez sur les photos pour agrandir